AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum Invité <3
Midnight Sun a ouvert ses portes le 16 Aout 2018.
Fais connaître toi aussi le forum pour avoir plus de jolis coeur dans notre famille.
SI TU VEUX AVOIR DES RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE CONCEPT
C'EST ICI QUE TOUT CE PASSE : JUSTE LAAAAA !
Hey, Invité, qu'est-ce que tu dirais de boire quelques coktails dans une villa de riche
La soirée des Kingston t'attends !.

 

 Time to be free (FEAT EVAN)

Aller en bas 
Auteur
Message
Invité
avatar


MessageSujet ☆ Time to be free (FEAT EVAN)   
le sujet à été posté Lun 12 Fév - 22:39


Time to be free

Evan & Keira

I look and stare so deep in your eyes / I touch on you more and more every time / When you leave, I'm begging you not to go / Call your name two or three times in a row


 
Depuis combien de temps suis-je enfermée dans cette pièce ? Je ne saurais le dire. J'ai l'impression de devenir folle. Je vais crever ici... seule et dans la douleur. Je me souviens de ce jour si bien. Ancrée dans ma mémoire. Je sortais de l'audience de Eva, Je venais d'apprendre qu'elle allait mourir. Première sortie du tribunal, en larme, je suis sortie en couvrant mes sanglots avec ma main. Puis.. alors que je me tenais sur le trottoir, un fourgon s'est arrêtée. Un homme est sortie et m'a couvert le visage d'un linge imbibé d'alcool. Le noir complet. J'étais fichu. Et me voilà encore vivante aujourd'hui. Je n'ai jamais vu son visage. Je ne connais même pas le son de sa voix. Je sais qu'il est fort. Je sais qu'il sent le parfum de luxe. Sa barbe courte me pique chaque nuit, alors qu'il parcours de ses lèvres mon corps meurtris par ses coups incessant. Il me prend chaque nuit, des heures entières. Si je cris, il me frappe, si je pleurs.. il me frappe. Je dois prendre du plaisir. Il le dit. Il dit que j'ai toujours aimé ça. Il sait si je fais semblant. Je dois être sage. Une bonne petite chienne. Je n'arrive même plus à pleurer. Je reste silencieuse pendant qu'il me baise. Pendant qu'il me lave. Pendant qu'il me nourrit. Je suis morte de l'intérieur. Mais dans mon mutisme, j'ai trouvé la faille. J'ai élaboré ce plan des jours durant. Je ne sais pas que ça fait un mois que je suis enfermée ici. Suis-je en ville... en forêt... en campagne ? Je ne saurais le dire... je sais juste que dès que je serais à l'extérieur.. je courrais aussi vite que je pourrais. Cela fait quelques temps que j'ai commencer à limé la chaîne de mon poignet. Elle se trouve à la tête de lit où je dors. J'y suis majoritairement attachée, surtout la nuit.

Cette nuit..je sens que cela va bientôt céder. Il n'a rien vu.. car il fait toujours tout dans le noir, afin que je ne vois pas son visage. Je n'entend que sa respiration, je devine qu'il a une voix grave et puissante lorsque je l'entend jouir en moi sans se soucier de savoir s'il porte un préservatif. Je me sens si sale.. si vulnérable. Si j'arrive à sortir d'ici vivante... comment vais-je pouvoir reprendre ma vie ? Je l'ignore .. mais mon instinct de survie me dicte ce que je dois faire. Je ne sais pas quelle heure il est. Je sais juste que cela fait plus de deux heures que j'entends plus un bruit. Il est enfin partie. Maintenant, comme chaque nuit, je dois agir. Je ne sais pas quand il reviendra. Mais je dois tout faire avant d'entendre le moteur de sa voiture arriver. Probablement une grosse voiture.. je l'ignore. Je ne sais pas. Je m'y connais pas en bagnole de psychopathe. Me voilà donc à limer la chaîne, Le derniers.. la dernière ligne droite. Je gémis, mes poignets me font un mal de chien. Je sens que j'y suis presque. Je perds patience et m'assieds sur le lit. Avec mes pieds nues je m'appuie contre le mur et tire de toute mes forces, criant avec hargne en sentant ma chaire se meurtrir sous la morsure de l'acier. TAC !! Je tombe en arrière, me retrouvant sur le parquet dans un boum massif. Je reste un instant au sol, relevant les yeux... je suis libre. Je me relève, difficilement.. j'ai mal partout. Je dois sûrement être couverte d'équimaume. Mes cuisses me brûles et mes parties intimes aussi... Je dois être complètement fracassée. Je me met à pleurer tant je me sens prise de panique. Je me retrouve sur pieds et l'adrénaline opère. J'ouvre la porte. Elle est ouverte ! Miracle ! Je me met à courir.. je suis dans un chalet.. sûrement dans les bois. La porte d'entrée s'ouvre. Je prend une grande inspiration... mon dieu de l'air !! Il fait nuit, je gèle complètement mais je m'en fou. Je cours vers ma liberté.

Je cours comme si on me poursuivait tout en retenant des sanglots de furies. Je me prend des branches. Mes pieds nus se prennent dans les feuilles et les pierres.. mais qu'importe puisque je me rue vers la vie. Je dois trouver une route... quelqu'un n'importe qui. J'ai besoin de voir quelqu'un... j'en ai besoin. Vraiment besoin et vite. UNE ROUTE !!! Je me retrouve enfin sur une route. Le goudron lisse me gèle les pieds mais me fait du bien en comparaison du sol hostile de la forêt. Je m'arrête un peu, hors d'haleine. Mes poumons m'arrache une quinte de toux et je commence à marcher doucement.. comme si me retrouver sur la route me donnait une sentiment de sécurité... je ne sais pas depuis quand je marche. Peut-être un quart d'heure où une demi heure. Mais subitement, j'entends une voiture arrivé... ce n'est pas la même voiture. Je connais trop ce son ! Quelqu'un !!! quelqu'un pour venir me sauver !! ENFIN !!! Je me met au milieu de la route, faisant de grand signe. Je ne porte sur moi qu'un pauvre nuisette dans un état lamentable. La voiture ne ralentie pas tout à fait jusqu'à finir par ralentir enfin et s'arrêter juste devant moi. Je pose mes mains sur le capot, comme si la peur qu'elle s'en aille... non... quelqu'un sort de la voiture. Un homme ! Il s'approche.. son odeur... non ce n'est pas lui. J'entends un écho, il me parle. Je vois flou.. je me sens mal. Je regarde dans le vide.. je suis enfin libre. Enfin... la sécurité. Il s'approche encore. Il me regarde, je relève mes yeux vers lui. Je suis mal.. si mal. Je finis par m'évanouir dans ses bras.. enfin.. pas vraiment.. je suis encore consciente.. mais je n'ai plus de force. Je suis à bout.. enfin... je suis libre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet ☆ Re: Time to be free (FEAT EVAN)   
le sujet à été posté Dim 25 Fév - 16:59


Time to be free

Keira & Evan

I look and stare so deep in your eyes / I touch on you more and more every time / When you leave, I'm begging you not to go / Call your name two or three times in a row


 
Nous étions enfin vendredi soir et le week-end aller pourvoir commencer pour moi, avec quelques potes d’enfance on avait loué un chalet à quelques heures hors de la ville histoire de passer un bon petit week-end entre potes et qui sait s’amuser avec quelques fille de la bas, je suis toujours partant quand il s’agit de fille et de s’amuser avec elles dans leur lit, j’avoue que j’étais incorrigible de ce coter la mais que voulez-vous c’est dans ma nature, j’aime donner du plaisir aux femmes, les faires crier de plaisir bref je m’égare un peu là. J’avais donné les rennes du bar à l’une des serveuses qui à toujours bosser à mes coter depuis que j’ai repris les rênes et quelques fois nous passons du bon temps ensemble, elle savait parfaitement que c’était que par plaisir et qu’il n’y aura rien d’autre venant de ma part et sa lui aller parfaitement également donc s’était parfait pour nous deux. J’avais une totale confiance en elle pour laisser entrer ses mains la gestion du bat durant ce weekend.

Je prends mon sac noir qui était posé sur mon lit lorsque j’avais fini d’enfiler ma veste en cuir noir, un sourire aux lèvres se dessine sur mes lèvres, j’étais vraiment exister comme un gosse qui avait hâte d’ouvrir ses cadeaux d’anniversaire, j’avais vraiment hâte de me rendre à ce chalet et de pourvoir commencer à faire la fête. Une fois que j’avais mon sac que voyage dans les mains, j’attrape les clés de ma Ford Mustang puis sortie de mon appartement en prenant soin de bien fermer la porte puis je me dirige vers ma voiture. Une fois à l’extérieur, je me dirige vers ma mustang j’ouvre la portière conducteur et de me couvre à l’intérieur de ma voiture je me balance mon sac de voyage sur les sièges arrières puis je j’entre la clé dans le contacte et démarre de la voiture, j’appuie sur l’accélérateur en poussant le bruit qu’elle pouvait faire, j’adore ce qu’elle a dans le ventre ça c’est de la bagnole, je continue à la pousser au maximum en jouant avec mon accélérateur, l’un de mes voisins descend en robe de chambre il cogne sur la vitre de ma voiture, il me regarder d’un regard noir, je lance un regard vers sa direction, je prends pas la peine de descendre la vitre, un sourire aux lèvres je mets ma première, j’enlève le frein à main et je démarre la voiture en trompe en ignorant le voisin qui me gueuler dessus alors que j’étais assez loin de lui.

Je lâche un petit rire amusé de ma bouche puis j’allume l’autoradio, je tombe sur une musique que j’adore, je monte le volume à fond en accélèrent un peu plus vers la sortie de la ville. Je poursuis ma route tout en écoutant la musique à fond dans ma voiture, je tapote mes doigts sur mon volant en suivant le rythme de la musique. Ça fait plus d’une demi-heure que je roulais je venais tout juste de sortie de la ville, je me dirigeais maintenant dans les bois et là je vais devoir être prudent si je ne veux pas attraper d’accident parce que y avait pas mal d’animaux de la forêt qui sort sans te prévenir. J’enlève mon pied de l’accélérateur pour stabiliser mon allure mais je ne conduisais pas non plus comme une tortue je garder tout de même allure assez rapide parce que je voulais quand même arriver assez vite au chalet il me rester tout de même une heure et demi de route avant d’arriver à destination. J’étais encore sur la route vers la forêt quand mon portable s’est mit à sonné s’était l’un de mes potes qui voulait s’en doute savoir si j’étais sur la route, je baisse donc le volume de la radio et j’allais prendre mon portable dans les mains j’avais quitté mes yeux de la route quelques seconde je les relèves lorsque j’avais mon portable dans les mains prêt à décrocher mais une ombre devant moi me fit lâcher mon portable des mains et me mit piller bien fort pour pas que je renverse la personne qui était en plein milieu de la route, je m’arrête de justesse je l’aurais pas vue je l’aurais renverser et j’aurais eu un mort sur la conscience.

Arrêter en plein milieu de la route, je pose ma tête contre l’appui tête en ferment les yeux j’avais mon cœur qui battait à cent à l’heure a cet instant j’ai eu vraiment peur, cette personne m’a vraiment fait peur en débarquent de nulle part et rester planter en milieu de la route comme ça. Après repris mes esprits j’ouvre mes yeux puis j’avance mon visage vers la personne que j’avais en face de moi, s’était une jeune femme qui avait l’air mal en point, ses cheveux était ébouriffer, elle portait une simple nuisette qui était tâcher de partout et à moitié déchiré d’un coter ou on voyait un peut l’un de ses seins, elle avait des hématomes un peut partout. Choqué de voir l’état de la jeune femme, je sors rapidement de ma voiture. Demoiselle, es que tout va bien ? Demandais-je, putain Evan quel question idiote que tu viens de poser tu vois bien qu’elle est mal au point. Je m’avance doucement de la jeune femme qui me regarde en larme mais aussi soulager de me voir et bizarrement la jeune me laisse s’approcher de moi sans broncher, je m’avance davantage de la jeune femme en arrivant à sa hauteur et c’est la que la jeune femme me tombe dans les bras, comme si elle était à bout, j’attrape rapidement la jeune femme dans mes bras et sans réfléchir je la soulève et l’emmène dans ma voiture sur le siège passager de l’avant, j’enlève ma veste que j’avais sur moi et la mit sur la jeune femme qui était vêtu d’une simple nuisette puis je monte dans ma voiture puis je fais demi-tour direction l’hôpital tant pie pour mon weekend entre potes y avait plus urgent sauver cette jeune femme qui avait croiser ma route.        


Revenir en haut Aller en bas
 
Time to be free (FEAT EVAN)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Midnight Sun ::  :: And last night you were in my room :: Saison trois. :: Scènes.-
Sauter vers: